Le DDMRP pour répondre à la demande de produits cosmétiques ?

Le DDMRP pour répondre à la demande de produits cosmétiques ?

Le secteur des cosmétiques est un secteur innovant qui mobilise des acteurs et des savoir-faire très différents (distributeurs, fabricants de cosmétiques, fabricants de packaging, etc. …). Structurellement volatile, les tendances du marché sont difficiles à anticiper et les variations de demandes nécessitent une réponse « Supply Chain » particulière.

Demand Driven MRP (DDMRP) propose une nouvelle approche de planification de la Supply Chain et pourrait aider le secteur Cosmétique à faire face aux variations de sa demande …

La demande de produits cosmétiques reste difficile à prévoir

Le secteur des cosmétiques se caractérise par un nombre important de lancements de nouveaux produits (parfois jusqu’à 40% de nouveaux produits par an) et des opérations promotionnelles qui viennent régulièrement animer les ventes. C’est également un marché très sensible à la mode, aux tendances du moment, aux saisons (solaires) et au temps forts annuels (Noel, fête des mères, etc.). Enfin, la part croissante du e-commerce dans les ventes accentue encore la volatilité du marché. Pour toutes ces raisons, il reste difficile d’anticiper la demande.

Une supply chain qui amplifie la variabilité de la demande chez les fournisseurs de packaging

variabilite demande

Les distributeurs de produits cosmétiques (grands magasins, distributeurs spécialisés, etc.) demandent aux industriels du secteur toujours plus de réactivité pour pouvoir coller à la demande de leurs différents points de vente.

Certains industriels disposent déjà de capacités de production permettant de répondre rapidement à l’évolution de la demande. En effet, leurs capacités sont dimensionnées pour absorber les « pics » de demandes, quitte à ne pas être saturés en dehors des périodes de pointe.

La supply chain de ces acteurs étant largement interconnectée  nous imaginons donc facilement comment la variabilité du marché est transmise puis amplifiée par le calcul des besoins (effet taille de lot, stock de sécurité etc.) en bout de chaîne, chez les fabricants de packaging. C’est le phénomène « Bullwhip effect » qui n’est d’ailleurs pas spécifique au secteur des cosmétiques.

Ces fabricants de composants et d’articles de conditionnement subissent de plein fouet la variation de la demande dans des proportions considérables (parfois +50 voir + 100% d’un mois sur l’autre).

L’absorption des variations de la demande par les fabricants de packaging reste un challenge …

Pour répondre à ces variations, ces derniers devraient disposer de capacités « illimitées » permettant d’absorber les « pics » de demande ;  malheureusement, leur rentabilité, souvent liée à la saturation des équipements de production, leur interdit ce type de stratégie industrielle.

Même si le déploiement de démarches « Lean », le positionnement de stocks de découplage ou la mise en place de processus de différentiation retardée (quand possible) améliorent l’agilité de ces industriels, l’absorption de telles variations demeure complexe à gérer dans un modèle rentable.

Aujourd’hui une solution innovante permet de mieux maîtriser ces variations de demandes

Le dernier concept innovant imaginé par Carol Ptak et Chad Smith, DDMRP, propose de mettre en place des  buffers de stock à des endroits stratégiques de la supply chain pour absorber les variations de la demande.

Ces buffers ne sont pas une nouvelle façon de calculer les stocks de sécurité. Ils agissent comme de véritables amortisseurs dans la supply chain et sont indispensables pour limiter la nervosité du MRP et le « Bullwhip effect » (Source)

Les principes du DDMRP permettent de répondre aux exigences du marché actuel des cosmétiques :

  • Volatilité / variabilité de la demande client avec une fiabilité de prévisions difficile à améliorer,
  • Complexité des Supply Chain fournisseurs, internes et clients (réseaux de distribution, sourcing mondial…),
  • Délai attendus de plus en plus courts,
  • Personnalisation des produits,
  • Pression sur les prix (via diminution des stocks par exemple …).

En effet, le DDMRP c’est La protection des flux contre la variabilité et la diminution des lead time par la mise en place stratégique de buffers (temps, capacité ou stock) s’ajustant automatiquement à la demande

Le DDMRP c’est aussi la gestion de proposition d’actions quotidiennes simples (passer des commandes etc. …) selon un code couleur (Vert : tout va bien, Jaune : Vigilance, Rouge : agir tout de suite)

Au-delà des buffers, il s’agit d’une démarche complète permettant de dimensionner les stocks, de déclencher et de suivre les approvisionnements de manière simple et efficace.

Cette démarche en 5 étapes permet d’obtenir des résultats spectaculaires pour assurer la continuité des flux dans la supply chain et améliorer la performance globale des entreprises (augmenter le taux de service et le ROI)

Une démarche structurée en 5 étapes

DDMRP 5 etapes

Etape 1 : Identifier les articles pour lesquels il est pertinent de mettre en place ces stocks stratégiques

Il ne s’agit pas de mettre des buffers sur toutes les références. Cette étape clé permet de déterminer quels sont les articles stratégiques qui vont être gérés en mode DDMRP. Ces buffers permettent d’éviter notamment de propager la variabilité dans toute la supply chain et donc de limiter le bullwhip effect.

Etape 2 : Déterminer des buffers adaptés au profil de chaque référence

Le calcul des buffers dépend du lead time de la référence et du niveau de variabilité de la demande auquel il est soumis.

Etape 3 : Ajuster dynamiquement les buffers en fonction de la demande

Le profil des buffers pourra être ajusté par exemple en fonction de la demande des 12 dernières semaines et d’un facteur de saisonnalité supplémentaire.

Etape 4 : Gérer les demandes de réapprovisionnement

Une fois les buffers déterminés, il est nécessaire de gérer les propositions d’approvisionnement. Ces propositions sont élaborées à partir d’une équation de stock qui permet de calculer les quantités à réapprovisionner en tenant compte notamment des commandes clients du jour et des pics journalier de commandes à venir. L’approvisionneur traite ensuite ces propositions par priorité en fonction du stock encore disponible. Il pourra visualiser facilement le stock encore disponible à l’aide d’un code couleur (Vert : tout va bien, Jaune : Vigilance, Rouge : agir tout de suite)

Etape 5 : Mettre en place un tableau de bord pour suivre le traitement des alertes

Cette dernière étape permet de construire un tableau de bord permettant à la fois de s’assurer que les approvisionnements sont traités correctement compte tenu des alertes, mais également que les buffers sont efficaces et sont dimensionnés au plus juste.

 

S’il est difficile de planifier la demande des produits cosmétiques il est possible de mieux maîtriser l’impact lié aux aléas de la demande. Le DDMRP est un enjeu majeur pour les entreprises de cosmétique (distributeurs, fabricants, ou fournisseurs de packaging etc.) qui veulent améliorer significativement leurs performances sans remettre en cause leur modèle industriel.

Cette démarche complète naturellement d’autres initiatives indispensables (Lean Management, mise en place d’un processus S&OP, etc.) pour améliorer la performance de l’entreprise. Elle obtient des résultats spectaculaires à moindre coût et sans sophistication superflue en termes d’outil. Les entreprises qui ont mis en place ce concept ont réduit leur valeur de stock tout en améliorant leur niveau de service de manière significative.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de DDMRP :

Imprimer cet article
Newsletter aXoma

Pour vous inscrire à notre newsletter et ainsi bénéficier de nos articles dès leurs publications.

Suivez nous sur LinkedIn